Lab Doc 2022 : les projets sélectionnés

Sélection 2022   Meditalents est heureux de vous annoncer la liste des auteurs et autrices sélectionné.es pour participer à la troisième édition du Lab Doc. Tessa de Baudinière Petit Frère (France/Italie) TEMIRLAN (16) et son frère aîné ZALIM Pshukov (18) deux...

Frédéric Bernard

Né à Cannes en 1981, il suit un Master de cinéma option réalisation. Après des années d’assistanat, il décide de se recentrer sur ses projets et de passer à la réalisation. Il réalise ainsi trois courts-métrages produits : Brûlent les villes, brûle le ciel (Prix de la mise en scène Coté court Pantin 2020), Un point dans la foule (2017), Demain (2012). En parallèle, il obtient des bourses comme la fondation Beaumarchais ou Brouillon d’un rêve et développe un long-métrage documentaire Terremoto ainsi qu’un long-métrage de fiction Que viva la guerra ! Il explore sa quête cinématographique où la politique s’entrechoque avec la poésie.

Ismaël

Ismaël a réalisé Babylon (Grand Prix du Festival International du Cinéma FIDMarseille et Prix des Université DOCLisboa 2012) et Leïla’s blues (Quinzaine des réalisateurs, Cannes et Mention Spéciale au Festival des Cinémas d’Afrique de Montréal). Il a produit The last of us (Lion du Futur à la Mostra de Venise 2016, candidature tunisienne aux Oscar 2018).
Son film expérimental Fragments of self-phone-destruction (2018) a été primé au Festival des Cinémas Différents et Expérimentaux de Paris. Son premier long-métrage de fiction Black Medusa (2021) a été sélectionné aux compétitions de nombreux festivals : Rotterdam, New Horizons, Lima Alterna, Split, Fantaspoa, Tarifa, etc.
Ismaël est par ailleurs artiste visuel et auteur. Il a été diffusé et/ou exposé au MoMa à New-York, au Museo Reina Sofia à Madrid, au Bal à Paris, ainsi que dans les galleries Momenta (New-York), Talmart (Paris), Le Cube (Rabat), A. Gorgi (Tunis), etc.
Il a publié un essai : Cinéma en Tunisie (Tunis, 2008) et un recueil de poésie en revue : lettres à la mort (Toulouse, 2009).
Il vit et travaille entre Tunis et Beyrouth.

Serhat Karaaslan

Serhat Karaaslan a réalisé un long métrage et plusieurs courts métrages. Son premier film, Passed by Censor (Cannes Cinéfondation Residence), a été présenté en première au Festival international du film de Karlovy Vary 2019, où il a reçu le prix de la critique, et a remporté plusieurs prix dans des festivals du monde entier. Ses films ont été projetés et récompensés dans de grands festivals de cinéma, dont Sundance, Toronto, Locarno, Karlovy Vary, Palm Springs, SXSW, etc. Son dernier travail The Criminals a été présenté en première mondiale au Sundance Film Festival en 2021 et récompensé par le prix spécial du jury.

Katia Saleh

Née à Beyrouth, Katia Saleh vit depuis 7 ans à Marseille. Elle a créé et produit plusieurs séries digitales dont « Shankaboot », la première série web arabe, lauréate du prix Digital Emmy Award en 2011, la série « Fasateen » pour Yahoo. 

Pendant les dizaines d’années qu’elle a vécues à Londres, Katia a réalisé et produit de nombreux documentaires notamment pour la BBC World et Channel 4. Son journal durant la guerre 2006 pour Witness Al Jazeera English, « Beirut All Flights Cancelled » ainsi que « Ashura Blood & Beauty », ont apporté plusieurs prix dans des festivals internationaux. 

Sawsan Yusuf

Sawsan Yusuf, productrice égyptienne née en 1988 est diplômée de l’Université Ain Shams en théâtre et critique. A commencé sa carrière dans l’industrie depuis 2009 en tant que coordinatrice de plusieurs festivals et marchés du film au Moyen-Orient, tout en travaillant comme productrice déléguée dans le cinéma indépendant ; dans les documentaires et les courts métrages. Elle coécrit actuellement avec Morad Mostafa le film “Aïcha can’t fly away anymore” qui a été sélectionné au Lab Med 2022